La Lettre de l'Etat

Lettre de l'Etat N°163

 
 
  • Fin des sacs en plastique à usage unique

Les sacs plastiques de caisse à usage unique seront interdits à partir du 1er juillet 2016 et les sacs destinés aux fruits et légumes à partir du 1er janvier 2017. Ils seront remplacés par des sacs biosourcés et compostables en compostage domestique.

17 milliards de sacs plastiques à usage unique sont encore consommés chaque année en France. Utilisés quelques minutes, ils mettent plusieurs centaines d’années à se dégrader et sont ingérés par les animaux marins et les oiseaux.

  • plus de 260 espèces sont impactées par les sacs plastique.
  • 75 % des déchets en mer sont en plastique.
  • 86 % des espèces de tortues marines sont touchées par les sacs plastiques : elles les confondent avec des méduses.
  • En mer du Nord, les estomacs de 94 % des oiseaux contiennent du plastique.

Les déchets, notamment les plastiques, constituent des « leurres » pour certains mammifères marins, tortues et oiseaux qui les confondent avec leurs proies habituelles et s’étouffent ou s’étranglent.

Les enjeux liés à la consommation considérable et l’importation des sacs à usage unique utilisés pour la pesée des fruits et légumes et l’emballage des produits de bouche justifient également que des mesures soient prises rapidement pour en diminuer les impacts. Ainsi, dès le 1er janvier 2017, seuls les sacs biosourcés (avec une teneur en matière végétale qui augmente progressivement dans le temps) et compostables en compostage domestique pourront être utilisés pour ces usages. 

Le développement de nouveaux plastiques biosourcés permettra, en comptabilisant les emplois dans la recherche et le développement, la culture des végétaux qui serviront de base aux matières premières, la production de nouvelles résines composées de matière végétale et les usines fabricant les produits biosourcés de créer 3 000 emplois sur le territoire national. 

Plus d'informations sur l'Internet Départemental de l'Etat

Sacs plastiques

Retrouvez les services de l’État dans le Gers sur Facebook   ---  Suivez les services de l’État sur Twitter