COVID-19 : Point sur la situation dans le Gers

COVID19 - La campagne de vaccination prend de l’ampleur dans le Gers

 
 
COVID19 - La campagne de vaccination prend de l’ampleur dans le Gers

Dès la fin du mois de mars, l'approvisionnement en vaccins Pfizer, Moderna et AstraZeneca augmentera de manière significative partout en France, pour atteindre un triplement en avril et en mai. Cela permettra à 20 millions de Français d'être vaccinés à la mi-mai.

 

Dans le Gers, au 7 mars 2021, 16 021 personnes (8,4 % de la population gersoise) ont reçu au moins une dose de vaccin et 8 598 sont totalement vaccinées.

 

La montée en charge se prépare collectivement en bonne coordination avec le territoire : élus, professionnels de santé, sapeurs-pompiers se mobilisent avec les services de l’État.

 

Dès ce weekend, afin d'impulser cette accélération, 2 centres de vaccination éphémères, à Auch et à Vic Fezensac, réaliseront 240 injections supplémentaires, avec le vaccin AstraZeneca*.

 

A partir de lundi 8 mars, les centres de vaccination dit "de renfort" prendront le relais lors d'une semaine exceptionnelle, pour assurer, de lundi à samedi, 120 nouveaux rendez-vous à Masseube, Lectoure, Riscle, Eauze, L'Isle Jourdain et Vic-Fezensac. 960 nouveaux rendez-vous seront ainsi assurés pour une injection d'AstraZeneca.

 

La plateforme d'appels 0 800 72 32 32 se mobilise de 9h à 15h30 du lundi au vendredi et prendra des rendez-vous pour des personnes de plus de 75 ans, avec ou sans pathologie, et des personnes âgées de 50 à 74 ans et atteintes de comorbidités.

 

Par ailleurs, tous les professionnels de santé, sans restriction d'âge, sont invités à se faire vacciner rapidement, dans un centre de vaccination dédié ou en cabinet (liste des centres de vaccination ).

 

Cette mobilisation exceptionnelle est renforcée par de nouvelles mesures (JO du 5 mars ), ouvrant la possibilité aux pharmaciens, sages-femmes et infirmiers de prescrire et de réaliser les injections, à partir du 15 mars, dans le respect des protocoles validés par la Haute Autorité de Santé (HAS).

 

 

*Avis de la HAS