Evénements

Cathédrale d'Auch

 
 
Cathédrale d'Auch

Fin de la restauration des vitraux d'Arnaut de Moles et des élévations extérieures de la chapelle Saint-Louis.

La restauration des vitraux et des maçonneries extérieures de la chapelle Saint-Louis, l’une des treize chapelles du chevet de la cathédrale Sainte-Marie d’Auch, vient de s'achever après 16 mois de chantier.

Les échafaudages, en cours de dépose, vont libérer le volume extérieur de la chapelle Saint-Louis à la suite de la première tranche d’un programme de travaux qui concernera, à terme, l'ensemble du chevet. Le chantier de cette chapelle a été conçu, dès le lancement des études, comme une phase expérimentale visant à valider les protocoles de restauration qui seront ensuite étendus et généralisés dans les prochaines tranches d'opération.

Des vitraux d’Arnaut de Moles

L'attention particulière portée à cette restauration par la direction régionale des affaires culturelles (Drac), qui assure la maîtrise d'ouvrage et le contrôle scientifique et technique du chantier, se justifie par la présence de trois baies garnies de vitraux exceptionnels réalisés par le maître-verrier Arnaut de Moles au début du XVIe siècle (1509-1513).

La restauration des vitraux a été confiée à deux ateliers de maîtres-verriers associés, Anne Pinto (Charente) et Claire Babet (Eure-et-Loir), qui ont notamment supprimé les plombs de casse* et mis en œuvre la verrière de doublage.

Le comité scientifique et technique

Un comité scientifique et technique pluridisciplinaire a été constitué, dès 2015, pour suivre la réalisation du chantier, confié à Stéphane Thouin, architecte en chef des monuments historiques, avec pour objectif de valider les interventions réalisées sur les verrières et de profiter de leur dépose en atelier pour en parfaire l'étude historique.

La dernière réunion du comité s'est tenue à Auch, le 15 mars dernier, afin de dresser le bilan des travaux achevés et des études conduites.

Des verrières exceptionnelles

La critique d'authenticité, commandée par la Drac à Françoise Gatouillat et Michel Herold (Corpus Vitrearum-France, centre du vitrail André Chastel - CNRS Sorbonne), a permis de confirmer le caractère unique des verrières datées du XVIe siècle à près de 90 %. Leur qualité artistique exceptionnelle, évoquant le trait des meilleurs dessins de la Renaissance italienne, a aussi été soulignée. Il a pu être noté la spécificité des techniques employée, comme la multiplication des "montages en chef d’œuvre*", illustrant l'expertise des maîtres-verriers du XVIe siècle. Enfin, la qualité des rares interventions de restauration effectuées par Hirsch au XIXe siècle a aussi pu être appréciée.

Intégré au comité scientifique et technique, le Laboratoire de recherche des Monuments historiques de Champs-sur-Marne a eu l'occasion, en cours de chantier, de procéder à l'analyser d'échantillons de verre par faisceau d'ions sur l'accélérateur AGLAE (Accélérateur Grand Louvre d'Analyse Élémentaire). Cet examen exceptionnel a permis d'évaluer la structure du verre, de déterminer sa consistance, témoin d’une fabrication originelle d'une extrême qualité expliquant leur conservation exemplaire depuis cinq siècles. L'origine du verre a pu faire l'objet d'hypothèses septentrionales qui restent à confirmer.

Le chantier

La qualité originelle de l'œuvre, ainsi confirmée, justifiait pleinement les mesures de protection mises en place pour assurer leur conservation. Le chantier qui vient de s'achever a ainsi permis de réaliser, à l'extérieur de la chapelle, des verrières de doublage en verre et plomb qui, sans altérer la transparence et la lumière, assurent aux vitraux une protection physique contre les effets néfastes de la pollution urbaine, de la condensation, et des risques climatiques.

Les parements en pierre de taille, les sculptures et couvertures de la chapelle, également restaurées et valorisées au cours de cette opération, permettront à cet ensemble d'affronter les intempéries.

Les futurs chantiers

Une nouvelle phase de travaux concernera les deux chapelles suivantes, Saint-Sépulcre et Saint-Sacrement, et sera réalisée dans les mêmes conditions opératoires que celles du chantier qui vient de s'achever. Chantier dont la qualité a été soulignée par les membres du comité scientifique et technique.

Des vitraux exposés à Toulouse

La dépose des verrières pour restauration a permis, durant l'été 2018, du 17 mars au 24 septembre, de présenter trois panneaux restaurés d'une des baies de la cathédrale à l'exposition "Toulouse Renaissance", organisée par musée des Augustins de Toulouse.

Maîtrise d'ouvrage, calendrier et budget

Cette opération est conduite par la Drac Occitanie, Conservation régionale des monuments historiques.

  • Calendrier des travaux : décembre 2017 à mars 2019 ;
  • Coût de l'opération 2017-2018 : 700 000 €, financés à 100 % par l’État ;
  • Montant estimé pour l'ensemble des chapelles et vitraux du chevet : 8 millions d’euros.

L’inauguration de la restauration des vitraux est prévue à l’issue des travaux de restauration de l’ensemble des chapelles.

____________________

* Plomb de casse : procédé utilisé pour masquer ou consolider la casse d'une pièce dans un vitrail.

* Pièce en chef d’œuvre : pièce de verre sertie au milieu d'une autre pièce de telle sorte que le plomb qui l'entoure ne se joint pas au réseau de plomb du panneau.